Depuis que le rôle des principaux éléments nutritifs a été mis en évidence, la pratique agricole a montré que certaines substances ou micro-organismes, sans apporter d’éléments nutritifs en quantité significative, favorisaient la croissance et le développement des plantes.

Parmi les exemples des produits largement utilisés : les substances humiques qui stimulent l’activité biologique des sols, les mycorhizes qui favorisent l’absorption du phosphore, les bactéries du genre Rhizobium qui fixent de l’azote atmosphérique pour les légumineuses (luzerne, soja, pois…).

De nombreuses études ont mis en évidence, parmi les fertilisants, le rôle spécifique des biostimulants (Rapport Du Jardin pour la Commission européenne, étude Deloitte commanditée par le ministère de l’Agriculture)

Une définition des biostimulants

Une définition des biostimulants :

Les « biostimulants se définissent plutôt par leur fonction que par leur nature » (Ph. Du Jardin). Proposée par l’EBIC et validée par le groupes de travail de la Commission Européenne sur les fertilisants, la définition est la suivante :

Les biostimulants se définissent comme des substance(s) et/ou micro-organisme(s) dont la fonction, lorsque appliqués aux plantes ou à la rhizosphère, est la stimulation des processus naturels qui favorisent/améliorent l’absorption ou l’utilisation des nutriments, la tolérance aux stress abiotiques, la qualité ou le rendement de la culture, indépendamment de la présence de nutriments.

Les fonctions des biostimulants :

En considérant ces interactions globales autour de la plante, nous pouvons ranger parmi les biostimulants tous les produits qui favorisent ou améliorent au-moins une de ces fonctions :

  • L’absorption des nutriments
  • La biodisponibilité et l’efficience de l’assimilation des nutriments
  • La tolérance aux stress abiotiques
  • La qualité de la culture ou le rendement de la culture
  • Le maintien des niveaux de croissance et de production, en conditions non optimales
  • La stimulation et la fortification des plantes

De quoi sont composés les biostimulants

Les biostimulants peuvent être des micro-organismes (champignons, bactéries, par exemple les mycorhizes), des extraits végétaux (par exemple des acides aminés, des extraits d’algues), des extraits minéraux (par exemple les acides humiques).

Dans la réglementation française actuelle, le terme biostimulant n’est pas directement cité du côté des matières fertilisantes. Les produits qui ont les fonctions caractéristiques des biostimulants sont regroupés dans des sous-familles telles que les substances humiques, les stimulateurs de croissance racinaire, les préparations microbiennes (incluant les mycorhizes)…

Pour en savoir plus sur les biostimulants, et les règles de leur mise en marché, rendez-vous sur le portail des biostimulants.